Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 15:10

Dis-moi Jamy, comment ça marche le CNB ?

Alors voilà, le conseil national des barreaux aussi appelé CNB, est l'organe représentatif de la profession des avocats, à tout le moins c'est ce que disent les textes.

En réalité et comme chacun le sait, c'est un peu plus compliqué.

La profession en fait est tricéphale.

D'un côté l'ordre de Paris, de l'autre la conférence des bâtonniers représentant les plus de 160 autres barreaux, et ces deux-là, aidés de quelques autres, on le verra plus tard, composent tous les trois ans le bureau et les commissions du troisième : le CNB.

C'est ce qui s'est passé le 17 janvier 2015.

Une dizaine de membres du bureau à élire, car oui c'est assez amusant et pour ma part je connais assez peu d’organisme procédant de la sorte, ce ne sont pas les membres élus du bureau qui désignent l’exécutif mais l'assemblée générale qui vote, poste par poste.

À cela s'ajoute une dizaine, aussi, de présidents de commissions à élire, ce qui nous amène à une vingtaine d'élections pour lesquelles parfois… Il n'y a qu'un seul candidat…

Néanmoins il faut voter à chaque fois, à bulletin secret, ce qui fait que le processus électoral commencé à 9h00 du matin le samedi s'est achevé le dimanche à la première heure… 15h après…

Pourtant cela devrait être assez simple puisque à quelques exceptions près, tout s'est joué précédemment dans les coulisses et bien évidemment les différentes forces s'alliant, le plus souvent…Il n’y a qu’une seule candidature par poste.

Vous connaissez le fameux mot, dans un triumvirat il faut être un des deux et dans celui susmentionné, la conférence des bâtonniers n’en fait pas partie.

Non l'alliance qui gouverne le CNB est autre part.

Nous n'avons pas encore parlé de l'autre composante de l'assemblée générale, outre les collèges ordinaux, à savoir les syndicats.

Enfin, lorsqu'on parle de syndicats, et les dernières élections l'ont démontré en fait, il convient de parler de la Fnuja que pour faire court on appellera ici Uja.

Une dizaine d'élus auxquels s'agrègent tous les anciens de ce syndicat présents sur d'autres listes ou dans d'autres collèges car il faut vous dire Monsieur, que chez ces gens-là on est Uja à vie, Monsieur, à vie.

Et tout ça, sur 80 votants, ça nous fait un joli petit bloc d'une vingtaine.

Et nous voilà ainsi bon an mal an, avec notre quatre quart, mes racines bretonnes ressortant, à savoir : Ordinal Paris : 20, Province 20 aussi, Uja 20 encore, les autres, à savoir les indépendants, non affiliés et autres syndicats 20 toujours.

L’Uja est gourmande, Paris s’en fiche un peu, la conférence est perdue, et les autres essayent de survivre. Tout est à peu près en place on peut commencer.

Acte I : la Surprise.

Une élection de présidents à trois prétendants.

Un favori fort de ses 20 000 voix obtenues lors des élections du collège ordinal Province, Jean-Luc Forget, ancien président de la conférence comme son challenger Pascal Eydoux, et enfin un Uja membre sortant du bureau, Éric Azoulay.

Dans cet exercice à trois, l’Uja était un peu au maximum de ses possibilités ce qui n’autorisa au premier tour à Éric Azoulay que l’obtention de 23 voix, 25 pour Pascal Eydoux et 35 pour Jean-Luc Forget.

Éric Azoulay annonça qu’il souhaitait que ses votants reportent leurs votes sur Pascal Eydoux et comme nous savons que l’Uja obéit comme un seul homme, c'est une de ses caractéristiques, ceci permit l'élection de Pascal Eydoux au second tour avec 44 voix.

Par la suite, mais je vous en dirai plus tard, il y eut l'élection du premier vice-président.

Pour le second un seul candidat Uja Province Roland Rodriguez, pour le secrétariat l’ancienne Uja dorénavant ordinale Paris, Marie Aimée Peyron puis un ordinal province pour le poste de trésorier, tout ceci en candidature unique.

Acte II : le drame.

Il restait quatre postes à pourvoir au bureau appelés, on ne sait d'ailleurs pas vraiment pourquoi, non attribués.

Six candidats cette fois-ci. Il s'agit-là, selon une cuisine savante, d'équilibrer le bureau avec toutes les sensibilités, la plupart du temps syndicales.

Le Saf fut donc représenté ainsi que l’Ace puis un candidat dissident ancien bâtonnier de Marseille et qui avait dû faire campagne sur la liste Abf/Cnbf, l'excellent Jérôme Gavaudan.

Il restait une place qui devait se jouer entre une candidate ordinale Paris et une nouvelle candidate Uja, Paris aussi.

Il faut vous dire que dans ce contexte, chacune des voix est comptabilisée avant le scrutin par ceux qui l’organisent, ce qui fait que lorsqu'il en manque une on sait exactement d'où ça vient…

Il en manqua deux au moins à la candidate Uja ce qui permit à Nathalie Roret d'être élue.

Désolation dans le camp Uja et identification immédiate de ceux qui n'avaient pas, vraisemblablement, suivi les consignes de vote, les sympathisants Ace.

Acte III : la revanche.

Nous voici maintenant dans l'élection des présidents de commissions.

Là encore sauf sur quelques postes, beaucoup de candidature unique.

Néanmoins, le président sortant Jean-Marie Burguburu devait faire les frais de ses prises de positions loyales à son bureau pendant près de deux ans et fut donc sacrifié à la présidence de la commission internationale qu'il convoitait.

Mais le plus cocasse restait à venir.

En effet la candidate Uja, revancharde, décidait de se présenter contre toute attente, et contre la candidate Ace, à la présidence de la commission Droit et Entreprise.

La vengeance est un plat qui se mange froid, enfin pas autant que cela, car ce fût le cas…

Notre processus électoral fort long, serait terminé si je vous avais entretenu de la première vice-présidence qui était réservée à un ordinal Paris.

Dis-moi Jamy, qu’est-ce qu’un Membre du collège Ordinal ?

S'agit-il de représenter l'Ordre de Paris et l'ensemble de ses membres de manière démocratique avec des valeurs qui se perpétuent de génération en génération ?

S'agit-il de représenter le bâtonnier actuel sans considération du passé et de l'avenir ?

Les positions que j'ai prises depuis longtemps sont connues, écrites, et toujours consultables sur mon blog, je n'y reviens pas.

J'ai toujours exprimé qu'il n'était pas normal que le bâtonnier abandonne sa place de droit au bureau du conseil national des barreaux et qu'il ne soit pas venu pour la première fois de l'histoire à la convention nationale de tous les avocats où le barreau de Paris qui se targue de représenter près de 50 % de la population des avocats et 70 % de son chiffre d'affaires ne représentait à celle-ci que 3 % des inscrits.

En me présentant au collège ordinal chacun savait que je n'étais pas un courtisan et que je conserverai ma liberté de parole notamment sur ces sujets.

Néanmoins, contre toute attente, j’ai été élu par mes pairs du Conseil, ce qui me permit de considérer que je disposais d'un certain mandat des membres du dit conseil qui ne seraient peut-être pas tous, de ce fait, en accord avec les lignes actuelles du bâtonnier.

J'ai alors manifesté mon intention de m'investir tant au CNB qu'au bureau.

Certes, ce n’était pas gagné d’avance.

En ce qui concerne nos représentants ordinaux à Paris, ceux-ci ont été décidés par le vice bâtonnier et deux anciens présidents de l’Uja qui ne sont plus élus pour cette mandature au CNB.

À aucun moment il n'y a eu un quelconque débat que ce soit au conseil de l'ordre ou au sein du collège ordinal sur ces candidatures.

Celles-ci nous ont été imposées.

Je ne me suis pas reconnu dans ces candidatures pour des raisons qu’ils ne convient plus d'expliquer à ce jour.

J'ai donc décidé de me présenter contre le candidat ordinal désigné par le bâtonnier pour les raisons sus invoquées et que j'ai exprimées devant l'assemblée.

J'aime bien les expressions sportives et il est vrai que je suis un peu « monté à la volée en chaussettes » comme on dit au tennis.

Néanmoins, ma position ne devait pas être aussi incongrue que cela puisque 30% des voix se sont portés sur ma candidature.

Il n'y a plus lieu à polémique aujourd'hui, le bureau du CNB a été élu et il convient de le soutenir tout en travaillant dans les commissions que chacun des membres de cette assemblée aura choisies.

Ah oui, un dernier petit mot, pas pour mes amis, si si, j'en ai quelques-uns à l’Uja, mais pour les autres de ce syndicat, ce n'est pas la peine de m’annoncer qu'on va s'occuper de mon cas ou d'envisager de me traduire en disciplinaire car je n'aurais pas voté dans le sens orthodoxe, ça …vous l’avez déjà fait.

En cette période hivernale, le col du Mont-Cenis est fort peu praticable et de ce fait, je n'envisage nullement de me rendre à Canossa.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Témoignage de retour d'affection rapide


Coucou ici. Moi c'est Chantal , je vais être bref avec vous a propos d'un retour affectif, j'ai pris beaucoup de contacte et de mail sur des forums , youtube et autres mais rien, grâce a une amie qui m'as remis le contacte d'un maitre marabout appeler Maitre spirituel GAMBADA DJOGBE j'ai eu une totale satisfaction avec lui, mon homme est revenue avec moi et est toujours avec moi a l'instant T. Ceux qui veulent un bon retour affectif et qui aimerais réellement faire revenir leur bien aimée veuillez contacter le Maitre spirituel GAMBADA DJOGBE

Email : gambadadjogbe@gmail.com

Site web : www.rapideretourdaffection.com

Site web : www.rapideretourdaffection.com

Téléphone : 002 299 567 7726
Répondre
C
Témoignage de retour d'affection rapide


Coucou ici. Moi c'est Chantal , je vais être bref avec vous a propos d'un retour affectif, j'ai pris beaucoup de contacte et de mail sur des forums , youtube et autres mais rien, grâce a une amie qui m'as remis le contacte d'un maitre marabout appeler Maitre spirituel GAMBADA DJOGBE j'ai eu une totale satisfaction avec lui, mon homme est revenue avec moi et est toujours avec moi a l'instant T. Ceux qui veulent un bon retour affectif et qui aimerais réellement faire revenir leur bien aimée veuillez contacter le Maitre spirituel GAMBADA DJOGBE

Email : gambadadjogbe@gmail.com

Site web : www.rapideretourdaffection.com

Site web : www.rapideretourdaffection.com

Téléphone : 002 299 567 7726
Répondre
M
Que tout cela est pitoyable... Des chicailleries de bas étage pire que nos politIques,c'est dire ! Et tout ca pour que la profession n'est aucune véritable force de lobbying face aux pouvoirs publics à des moments ou nous devrions présenter un front uni,ce qui est très loin d'etre le cas ! Vivement un Ordre national et la supression des toutes ces instances pléthoriques et comités Théodule qui ne servent pour la plupart qu'à flatter la vanité de ceux qui croient y trouver une once de pouvoir mais n'auront surtout pas l'idée d'AGIR pour l'ensemble de la profession.
Répondre

  • : Xavier Chiloux, avocat à la Cour. Candidat au Bâtonnat 2022. 01 84 85 13 40
  • : Ancien membre du Conseil National des Barreaux (2015-2017). Ancien membre du conseil de l'ordre de Paris (2012-2014). Vice-Président de la Cnbf depuis 2011. Candidat au Bâtonnat 2022.
  • Contact

Notes et Anecdotes

     
"Lorsqu'un juge adopte une solution, c'est bien souvent que la décision inverse lui paraît impossible à rédiger, pas davantage..." François SUREAU: "Le Chemin des Morts"

 

D'un salarié licencié: "Maitre j'ai bien envie de leur mettre un coup de fusil dans les rotules, croyez vous que cela pourra m'handicaper au Prud'hommes..."
"Non, Monsieur, je ne le crois pas, j'en suis sûr."   
   
Citation d'Emile Pollak : Personnellement, je n'ai jamais perdu de procès, mes clients parfois... peut être...

 

Contactez-moi !

N'hésitez pas à m'adresser un mail pour me soumettre vos idées à chiloux@aol.com ou xavierchiloux@gmail.com

Je suis aussi à votre écoute, vous pouvez m'appeler, votre avis m'interesse !

Facebook et Twitter

@xavierchiloux