Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 09:57

 

 

 

Il n'est jamais bon de jouer les Cassandre, d'abord par ce que personne ne vous croit et deuxièmement parce que l'on finit mal…

 

D'autre part, vu la ferveur, les moyens mis en œuvre, l'implication de milliers de personnes dans le dossier : Squash Olympique pour 2020 on avait tous vraiment envie d'y croire.

 

Néanmoins, ne nous y trompons pas, et depuis plus de 20 ans à la grand-messe de l'olympisme, le squash est invité à un « Dîner de cons »…

 

Étant président de la fédération française de squash, j'étais présent avec la plupart des représentants mondiaux de ce sport, dans un avion qui devait nous mener en Afrique du Sud pour notre congrès annuel il y a maintenant plus de 20 ans lorsque, durant le vol, nous apprîmes le nom de la ville devant recevoir les jeux olympiques pour 2000, en l'occurrence Sydney.

 

Si nous n'avons pas sabré le champagne, car déjà nos moyens financiers étaient limités, ce fut tout comme car aucun d'entre nous ne pouvait imaginer, une seule seconde, que le squash ne serait pas olympique pour ces jeux organisés en Australie.

 

En effet à l'époque, la ville hôte pouvait désigner deux sports appelés à participer à la fête olympique.

 

À cette même époque, le squash australien trustait à peu près tous les titres en squash qu'ils soient masculin, féminin, par équipe ou junior.

 

L'Australie n’étant pas de tradition un pays qui roule sur l'or des médailles, le bon sens voulait que le squash, sport majeur et important dans ce pays fût olympique.

 

C'était le bon sens, c’était l'évidence.

 

Ce furent donc le Triathlon et surtout le sulfureux Taekwondo à l'étonnement de beaucoup, (mais on apprit plus tard les véritables règles du jeu…).

À partir de cette date, soit il y a maintenant plus de 20 ans il fut évident que le squash servirait de prétexte à de prétendus règles permettant d'entrer dans le monde olympique que d'ailleurs celui-ci ne respecte pas.

 

Une charte très précise, et très rigoureuse à tout le moins en apparence, fut mise en place afin de définir les règles permettant d'espérer devenir olympique.

 

Notamment il est écrit, rappelé, et entériné qu'un sport désirant présenter sa candidature doit participer au World Games qui, organisés dorénavant par le CIO, sont, sur le même standard excellence, les jeux olympiques des sports non olympiques.

 

En outre, le sport candidat, doit démontrer son universalité et sa pratique sur les cinq continents.

 

Sur les deux sports qui sont entrés à l'olympisme ans en 2009 examinez si ceux-ci remplissent ne serait-ce que ces deux critères…

 

En définitive, c’est à une mascarade que le squash est invité, à l'instar d'autres sports qui mériteraient indéniablement leur présence aux jeux, et là je pense notamment au karaté, hypocrisie que les journalistes et les autres observateurs ne semblent pas vouloir voir.

 

Dans un souci de pseudo démocratie l'on indique urbi et orbi que l'on va introduire de nouveaux sports dans le monde olympique.

 

Puisque dorénavant ce n'est plus qu'un seul sport qui pourra être admis le plus simple est d'exclure une discipline historique provoquant, me semble-t-il à juste titre, (il n'est pas nécessaire de déshabiller Pierre pour habiller Paul), un émoi considérable surtout si l'on se réfère à l'histoire originelle de l'Antiquité, pour immédiatement le réintroduire dans le programme.

 

De qui se moque-t-on ?

 

Le squash a-t-il vraiment raison de s'obstiner à tenter de jouer ce jeu dont il ne maîtrise de toute évidence pas les règles ?

 

Avons-nous raison de tenter d'être les derniers parmi les premiers ou devrions nous consacrer notre énergie à promouvoir cette magnifique épreuve incompréhensiblement ignorée des médias en France, et notamment ceux spécialisés, que sont les World Games où le squash occupe une place de qualité ?

 

Quousque tandem abutere : pendant combien de temps abusera-t-on de notre patience ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pasacal MARIE-SAINT GERMAIN 09/09/2013 11:29

Effectivement, là je comprends mieux.Ce qui confirme que ce qui se conçoit bien s'énonce, non seulement, clairement mais aussi de manière concise!

Pasacal MARIE-SAINT GERMAIN 09/09/2013 11:08

Excuse-moi, mais c'est pas très clair!

xavierchiloux 09/09/2013 11:18



Le squash n'a pas été retenu comme sport olympique au détriment de la lutte qui revient...


Bien à toi.



  • : Xavier Chiloux, avocat à la Cour. Candidat au Bâtonnat 2022. 01 84 85 13 40
  • : Ancien membre du Conseil National des Barreaux (2015-2017). Ancien membre du conseil de l'ordre de Paris (2012-2014). Vice-Président de la Cnbf depuis 2011. Candidat au Bâtonnat 2022.
  • Contact

Notes et Anecdotes

     
"Lorsqu'un juge adopte une solution, c'est bien souvent que la décision inverse lui paraît impossible à rédiger, pas davantage..." François SUREAU: "Le Chemin des Morts"

 

D'un salarié licencié: "Maitre j'ai bien envie de leur mettre un coup de fusil dans les rotules, croyez vous que cela pourra m'handicaper au Prud'hommes..."
"Non, Monsieur, je ne le crois pas, j'en suis sûr."   
   
Citation d'Emile Pollak : Personnellement, je n'ai jamais perdu de procès, mes clients parfois... peut être...

 

Contactez-moi !

N'hésitez pas à m'adresser un mail pour me soumettre vos idées à chiloux@aol.com ou xavierchiloux@gmail.com

Je suis aussi à votre écoute, vous pouvez m'appeler, votre avis m'interesse !

Facebook et Twitter

@xavierchiloux