Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 10:01

 

Voici un mot bien barbare qui pourtant peut être assimilé à un synonyme de Travail.

En fait, il s'agissait dans l'Antiquité d'un instrument d'immobilisation (en réalité de torture) utilisé pour punir les travailleurs rebelles.

Plus prosaïquement, aujourd'hui, il s'agit d'un concours de plaidoirie en droit du travail organisé par le cabinet Bredin Prat et plus particulièrement par  notre excellente consœur Pascale Lagesse.

La finale de ce concours s'est tenue dans la bibliothèque du palais le mardi 28 mai 2013, dans la soirée, et le jury, imaginé de façon impair pour éviter tout départage, se composaient de Mme Dufour, présidente du conseil de prud'hommes de Paris, de Mme Favennec, professeur des universités, de Pierre Olivier Sur, bâtonnier désigné, de Pascale Lagesse et enfin de votre serviteur.

Le niveau des plaidoiries des quatre candidats, limitées à 15 minutes, ce qui d'ailleurs devrait être la norme, sauf cas particulier, devant le conseil de prud'hommes, était vraiment époustouflant surtout pour de futurs confrères puisque la plupart d'entre eux sont à l'école de formation des barreaux.

Certains, dont bien évidemment je faisais partie, n’ont pas hésité postérieurement à ces plaidoiries à leur poser des questions dont parfois les réponses n'étaient pas aisées, mais sur lesquelles, ils ne se sont jamais laissés déstabiliser.

Comme chacun le sait, et si vous ne le saviez pas maintenant vous ne pourrez prétendre l’ignorer (oui je l'avoue je suis un aficionado de Stéphane de Groodt) les plaidoiries en droit social revêtent une certaine particularité en ce que la procédure orale, et l'absence de connaissance préalable des dossiers par les magistrats vous écoutant, en font un élément quasiment déterminant pour la solution qui sera donnée au litige.

Qu’autant de jeunes futurs confrères s'intéressent à cet art particulier et témoignent de leur brio fut particulièrement réconfortant et rafraîchissant pour les nombreux spectateurs de cette manifestation.

Bien évidemment, il faut qu'un vainqueur soit désigné, et parmi Laura Jousselin, Maxime Abdelaziz, Alienor Vulser, c’est Charles Cazals qui a été choisi.

Bien que je ne veuille en aucune façon dévoiler les secrets du délibéré, permettez-moi néanmoins de vous dire que la voix de Madame le président du conseil des prud'hommes de Paris fut …déterminante…

Longue vie au concours de plaidoirie Tripalium et à l'année prochaine.

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Si je comprends bien le jury ne fut pas soumis au tripalium!
Répondre

  • : Xavier Chiloux, avocat à la Cour. Candidat au Bâtonnat 2022. 01 84 85 13 40
  • : Ancien membre du Conseil National des Barreaux (2015-2017). Ancien membre du conseil de l'ordre de Paris (2012-2014). Vice-Président de la Cnbf depuis 2011. Candidat au Bâtonnat 2022.
  • Contact

Notes et Anecdotes

     
"Lorsqu'un juge adopte une solution, c'est bien souvent que la décision inverse lui paraît impossible à rédiger, pas davantage..." François SUREAU: "Le Chemin des Morts"

 

D'un salarié licencié: "Maitre j'ai bien envie de leur mettre un coup de fusil dans les rotules, croyez vous que cela pourra m'handicaper au Prud'hommes..."
"Non, Monsieur, je ne le crois pas, j'en suis sûr."   
   
Citation d'Emile Pollak : Personnellement, je n'ai jamais perdu de procès, mes clients parfois... peut être...

 

Contactez-moi !

N'hésitez pas à m'adresser un mail pour me soumettre vos idées à chiloux@aol.com ou xavierchiloux@gmail.com

Je suis aussi à votre écoute, vous pouvez m'appeler, votre avis m'interesse !

Facebook et Twitter

@xavierchiloux