Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 08:58
Repost 0
Published by CHILOUX XAVIER
commenter cet article
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 10:28

Il n'y a pas que Led Zeppelin qui le pense, mais aussi un de nos plus grands cinéastes : « On connaît la chanson »… Et pourtant il va falloir que cela change…

Alors rabâchons les chiffres, les avocats parisiens représentent bientôt près de 50 % de la population des avocats en France et 70 % du chiffre d'affaires. Ils étaient 3 % des avocats à la convention nationale organisée par le CNB qui s'est terminée à Montpellier il y a quelques jours...

Sur les réseaux sociaux j'avais mentionné : quelle honte.

Les réactions ne se sont pas faites attendre et celle qui me semble la plus pertinente et pas seulement parce qu'elle provient de l'un de ceux avec qui je partage la plupart des idées, était bien : honte pour qui ?

Quoi qu'il en soit, le constat aussi amer qu’il puisse être est que cela ne fonctionne plus ou, à tout le moins, que la moitié des avocats ne se sentent absolument pas, ou plus, concernés.

À la lecture de la gazette du palais ( 24 Octobre 2014) interrogeant les trois possibles, probables, envisagés prochains présidents du conseil national des barreaux à compter du mois de janvier 2015, l'on s'aperçoit, malgré les qualités indéniables et reconnues de chacun d'entre eux, que deux ne veulent pas changer grand-chose et ainsi continuer ce qu'il convient d'appeler une mascarade, c'est du moins ce que pensent les professions voisines de la nôtre.

Or à ce moment de l'histoire de cette institution, en aucun cas, nous n'avons besoin aujourd'hui de successeurs mais bien de vrais réformateurs.

Je ne parle pas ici d'un homme providentiel ou d'un sauveur j'y crois assez peu, mais d’un mouvement de plusieurs personnes réfléchissants ensemble à un avenir proactif et non pas uniquement réactionnaire ou refusant toutes évolutions quelles qu'elles puissent être.

Quand j´observe les noms des confrères présents sur la liste parisienne de "Pour un Ordre National" je me dis que ces gens ne peuvent pas avoir totalement tort.

Lorsque je vois la qualité des autres membres composant la liste Province j'en suis sûr, c'est dans ce sens-là que nous devons réfléchir et réformer.

Parler d'une seule voix après concertations et acceptation de la position de la majorité représentative de la profession.

Initier les projets de réformes et d'évolution de notre profession et non les subir au dernier moment alors qu'ils ont été concoctés par des personnes sûrement très intelligentes mais qui ne savent rien à notre profession, et qui bien pire, ne cherchent absolument pas à en connaître.

Uniformiser nos moyens humains et techniques pour éviter que dix personnes fassent la même chose dans leur coin, avec un invraisemblable gâchis de temps, d'énergie et de moyens financiers.

Nous ne pouvons pas rester dans la situation actuelle, celle d'une profession coupée en deux qui ne se parle plus.

Comme le disait la garde des sceaux à la convention nationale des avocats 2014, volontairement ou pas: « S’il y a des malentendus il convient que l'on en parle pour que ne subsistent plus, à la fin, que les réelles divergences… »

Repost 0
Published by xavierchiloux
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 13:51
Repost 0
Published by CHILOUX XAVIER
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 11:09
Repost 0
Published by CHILOUX XAVIER
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 10:45
Repost 0
Published by CHILOUX XAVIER
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 10:48

C'est vrai que l'on a un peu l'impression de se retrouver dans un film de série B des années 60, les dialogues d'Audiard en moins, à tout le moins pour le moment.

On le sait, et l'on connaît parfaitement ces chiffres, le barreau de Paris représente 50% des avocats en France et 70 % du chiffre d'affaires.

Ceci nous autorise-t-il à être souvent arrogants ?

Je ne suis pas persuadé, même dans un système démocratique, que parce que l'on a la majorité, l'on a forcément raison.

Surtout, les vertus cardinales, nos principes essentiels que l'on apprend à nos élèves de l'école de formation, à savoir, notamment, la courtoisie et la délicatesse, on devrait peut-être se les appliquer de temps en temps.

1. Nous voilà donc fâchés avec la caisse nationale des barreaux français (CNBF) qui regroupe 145 délégués dont 53 avocats parisiens, et plusieurs jeunes avocats revendiquant leur appartenance à quelques syndicats, élus au suffrage universel et qui a voté, à l'unanimité rappelons-le et après une large concertation, la seule réforme possible qui permettait de sauvegarder nos réserves, notre identité, et les retraites qui seront versées à nos confrères dans 30 années.

Prétendre comme on l'a lu à certains endroits qu'il s'agirait d'asservir les jeunes pour qu'ils payent les cotisations des plus anciens en leur permettant d'aller jouer au golf, est non seulement une méconnaissance totale des principes régissant les retraites mais encore une insulte au bon sens.

Une caisse de retraite ne réagit pas sous le coup des effets d'annonces, parfois volontairement populistes, mais définit une politique prospective à échéance de 30 ans.

Soyez persuadés que le conseil d'administration travaille assidûment, plusieurs samedis de l'année, en ce sens.

Ce qui a donc été sauvé, ce n'est pas la retraite des 50/60 ans qui elle est déjà provisionnée, et donc payée, mais bien celle de ceux qui jouent l’effraiement aujourd'hui, à savoir les 30/40 ans.

La cotisation de base, d'un montant de 1800 €, en 2015 devrait passer, dans 15 ans, en 2030, à plus ou moins 3200 €.

Si l'on s'intéressait un tout petit peu au sujet l’on n’aurait pas manqué de remarquer qu'il y a 15 ans, en 1999, à un autre siècle donc, la cotisation, en un euro qui n'existait pas encore, était de… 2270 € ! Ces 15 000 frs de l'époque, ou 2270 €, n'étaient-ils pas beaucoup plus difficile à supporter, que ce que représenteront 3200 €, 30 ans après ?

La réponse est évidemment dans la question, et il n'y a qu'à se rapporter au prix d'un café, une baguette de pain, ou d'un litre d'essence il y a 15 ans…alors dans 15 ans encore …

2. Nous voilà fâchés aussi avec, il semblerait que ce soit une constante, l'unanimité une fois encore, des anciens bâtonniers de Paris.

Par deux fois ils ont tenté de faire valoir leur expérience et une certaine sagesse par deux fois ils ont été ignorés.

Il serait temps de renouer le contact, car l'on ne peut se priver de leur voix.

J'ose espérer que je reverrai avant la fin de mon mandat les portraits des bâtonniers dans les locaux de l'ordre, qui aujourd'hui font cruellement défaut.

3. Enfin nous voilà fâchés, non pas seulement avec le conseil national des barreaux mais aussi avec la grande majorité des avocats français.

Moi non plus, je n'étais pas forcément favorable à un mouvement de grève alors que notre profession doit aller de l'avant et ne peut être uniquement réactionnaire.

Néanmoins, on aurait pu faire preuve d'un peu plus de la solidarité, ne serait-ce que dans la forme.

L'on peut, et l'on doit surtout, et sans relâche, expliquer et convaincre, ce sont un peu les fondements de notre vocation, et non essayer d’imposer nos idées à ceux que nous n'écoutons pas.

Moi aussi, je suis plutôt favorable à un ordre national et à tout le moins à une réforme radicale du conseil national des barreaux et de la gouvernance de notre profession, je ne suis pas fondamentalement opposé à la suppression de la postulation, je pense que l'avocat en entreprise est nécessaire sauf à ce que tous les postes soient pris, même dans nos entreprises, par les avocats étrangers, et enfin je pense que les capitaux extérieurs minoritaires devraient permettre à nos structures de devenir plus compétitives.

Mais cela, encore faut-il en discuter avec ceux de nos confrères, majoritairement de province, qui y sont opposés et parfois avec des arguments recevables.

C'est au moins l'avantage des organisations nationales telles que la CNBF ou des manifestations sportives dont dernièrement la Juris Cup, ou l’open des barreaux, car à cette occasion, l’on peut rencontrer des confrères non parisiens.

Je vous l'assure, et vous pouvez me croire il y a aussi des gens très bien en province, intelligents, plein d'humour et d'élégance.

Ce pseudo monopole parisien, auto attribué, non pas du cœur, mais de tout le reste dont s'arroge Paris est souvent intolérable et peu admissible.

Si nous devons être les champions du monde de quelque chose essayons d'être ceux… d'une certaine humilité, cela ne nous fera pas de mal.

Pour ma part, reprenant le leitmotiv qui circule sur Facebook :

« Je vais à la Convention Nationale des Avocats qui se tient des 28 au 31 octobre à Montpellier. Allons-y nombreux ! »

Enfin, et pour en terminer, je laisse le mot au scénariste de génie et à une réplique du film cité en titre :

« Je ne critique pas le coté farce, mais pour le fairplay y aurait quand même à dire… »

Repost 0
Published by xavierchiloux
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 13:09
Repost 0
Published by CHILOUX XAVIER
commenter cet article
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 14:49
Repost 0
Published by CHILOUX XAVIER
commenter cet article
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 17:23
45 manières de faire avancer la justice prudhomale.

L'association de rénovation de la procédure prud'homale (ARPP) a participé à cette réflexion...A Suivre...

Repost 0
Published by xavierchiloux
commenter cet article
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 10:17
Repost 0
Published by CHILOUX XAVIER
commenter cet article

Notes et Anecdotes

     
"Lorsqu'un juge adopte une solution, c'est bien souvent que la décision inverse lui paraît impossible à rédiger, pas davantage..." François SUREAU: "Le Chemin des Morts"

 

D'un salarié licencié: "Maitre j'ai bien envie de leur mettre un coup de fusil dans les rotules, croyez vous que cela pourra m'handicaper au Prud'hommes..."
"Non, Monsieur, je ne le crois pas, j'en suis sûr."   
   
Citation d'Emile Pollak : Personnellement, je n'ai jamais perdu de procès, mes clients parfois... peut être...

 

Contactez-moi !

N'hésitez pas à m'adresser un mail pour me soumettre vos idées à chiloux@aol.com ou xavierchiloux@gmail.com

Je suis aussi à votre écoute, vous pouvez m'appeler, votre avis m'interesse !

Facebook et Twitter

@xavierchiloux