Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Xavier Chiloux - Avocat à la Cour - Candidat au Bâtonnat 2022

Ancien membre du Conseil National des Barreaux (2015-2017) - Ancien membre du conseil de l'ordre de Paris (2012-2014) - Vice-Président de la Cnbf depuis 2011 - Candidat au Bâtonnat 2022

De l’Adrénaline !

Publié le 21 Mars 2014 par xavierchiloux

  

 

K.I.S…

 

Quel plaisir cela fut, à l'initiative de Karine Mignon Louvet qui organisait  avec succès le 20 Mars 2014, la deuxième journée du bonheur des avocats, que d'animer un atelier sur l'adrénaline avec des intervenants d'une telle qualité.

Je partage avec vous quelques petites anecdotes de cette matinée.

Le champion du monde et surtout champion olympique de ski, Edgar Grospiron, nous a rappelé que tout cela n'arrivait pas par hasard et que, pour les 30 secondes de la descente olympique d'Albertville en 1992 il avait, dans les trois années qui précédaient,  dévalé à l’entrainement… 20 000 pistes…

La sérénité qu'il affichait ce jour où tout le monde l’attendait, était couplée à une grande concentration, ce qui est sûrement une des façons de gérer le stress et de contenir les poussées d'adrénaline.

Pour sa part, il se concentrait sur trois choses : pousser fort dans le portillon, garder les mains devant, et effectuer après la ligne d'arrivée en virage.

En effet il nous a indiqué que pour ne pas l'avoir fait, parfois il avait tout simplement croisé les skis avant la fin de l'épreuve.

Le capitaine de l’armée de l’air, Benoît Planche démonstrateur en vol du Rafale nous a lui aussi donné quelques clefs pour maîtriser l'adrénaline.

La différence avec Edgar est que les pilotes d'essai ne cherchent pas la performance mais à dupliquer, à l'infini, une excellence et un contrôle de tous les instants.

Pour lui, le maître mot de la concentration, comme pour ses collègues et par rapport à l’avion qu'ils doivent maîtriser : « Poser pas casser ».

Le médecin urgentiste Vincent Leroux nous a longuement entretenu sur les difficultés d'avoir à intervenir sur des patients gravement atteints et d'avoir sur la conscience, parfois la mort de ceux-ci, par incompétence …ou par compétence hélas… 

En ce qui le concerne, la maîtrise du stress et de l'adrénaline passaient alors par la répétition de gestes de base à l'époque : vérifier que sur chaque patient cinq tubes étaient posés.

Suite aux questions de la salle, le maître mot pour gérer l'adrénaline et ce, de façon unanime, était de revenir aux fondamentaux.

K.I.S : Keep It Simple

Commenter cet article