Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 15:56

Mes chers confrères, je peux vous appeler ainsi dorénavant, comme vous l'aurez remarqué je ne suis pas le bâtonnier de Paris, à tout le moins pas pour l'instant.

Je me présente, je m'appelle Xavier CHILOUX, je suis ancien membre du conseil de l'ordre de Paris, ancien membre du conseil national des barreaux, et vice-président de la CNBF qui espérons-le pourra vous payer vos retraites ... le plus tard possible…

Je dois remercier Madame le Bâtonnier, Marie Aimée PEYRON, de m'avoir permis de présider cette prestation de serment, un peu particulière pour moi, car comme je l'avais fait pour sa sœur aînée Alexandra, je reçois, parmi vous aujourd'hui, mon fils Guillaume.

En saluant aujourd'hui sa grand-mère qui a été avocate, sa sœur Alexandra qui l’est aujourd'hui, son autre soeur Éléonore qui ne veut plus entendre parler de quelque sujet juridique que ce soit, elle n'en peut plus, sa mère, et les autres membres de sa famille, c'est bien évidemment toutes vos familles que je salue, et que j'accueille.

 

Permettez-moi aussi d'avoir une pensée, en ce jour anniversaire de sa naissance, pour mon père Jean-François, avocat lui aussi, et parti trop tôt.

Au nom de Madame le Bâtonnier Marie Aimée PEYRON, du vice Bâtonnier Basile ADER, de l'ensemble des membres du conseil de l'Ordre et de la profession dans son ensemble, je vous souhaite la bienvenue dans notre magnifique profession.

Nous voilà dorénavant confrères, et je suis le premier, à moins que certains n'en aient profité dans le couloir vous menant ici, à pouvoir vous gratifier de ce titre qui est un des privilèges de notre profession.

En effet, nous ne sommes ni collègues, ni camarades, ni relations de travail, mais bien Confrères qui appartenons à une confrérie dont la base est indéniablement la déontologie.

Celle-ci, et vous le savez, est fondée sur les Principes Essentiels dont, la courtoisie et la délicatesse, qui me semblaient bien désuets lorsque, comme vous, j'ai prêté serment, et qui s'avèrent, au fil du temps, comme la quintessence de la confraternité.

 

Cette déontologie, est notre socle, notre ADN, mais elle est tellement évolutive, surtout dans ces dernières années.

Il est bien loin le temps où l'avocat n'avait pas le droit de se servir du téléphone, peu garant du secret professionnel, ou encore, était convoqué devant le bâtonnier parce qu'il était venu plaider au palais… avec des chaussures jaunes…

Notre profession est face à de très grandes mutations.

La territorialité, comme nos domaines réservés semblent menacés de toutes parts.

Legal Tech d'un côté, intelligence artificielle de l'autre, certains voient déjà notre disparition.

Je n'y crois pas.

Néanmoins, ce qui est certain, c’est qu'il y a tout à construire et que, l'exercice professionnel que vous allez vivre, n'aura rien à voir avec celui de ceux de ma génération.

Disparition du contentieux judiciaire, émergence des modes alternatifs de règlement des litiges, tout est à repenser.

Vous vivez et vous allez vivre, une époque formidable et excitante dans laquelle, si les repères tangibles seront plus flous, votre intelligence et votre créativité devrons être vos guides.

N'oubliez pas cependant, que notre métier, c'est la défense et uniquement la défense.

D'autres jugent, on les appelle les magistrats, ce n'est pas le métier que nous avons choisi, il ne faut pas l'oublier, et toujours se garder de vouloir juger plutôt que de comprendre.

Notre confrère, Daniel Soulez-Larivière avait une belle formule dans un de ses ouvrages, qui résume bien notre rôle dans la société, et au bénéfice de nos clients, l'avocat, disait-il, c'est le plus souvent de « l’huile dans le moteur » mais, parfois, c'est aussi du « sable dans l'engrenage ».

Je voudrais avoir quelques souhaits pour vous, votre génération, votre futur.

Je ne vous dirai pas : « I have a dream » mais peut-être « I make a wish. »

 

Je fais le souhait, que votre titre d'avocat, vous puissiez le garder toute votre vie, quel que soit votre mode d'exercice libéral, salarié, ou en entreprise.

Cette grande profession du droit sera notre force et notre rayonnement.

Je fais le souhait, que vous, Mesdames qui représentez plus de 55 % des avocats parisiens, et 70 % des jeunes avocats, vous accédiez à l'égalité professionnelle, et que vous ayez la même rémunération que vos homologues masculins.

L’inégalité actuelle de près de 50 %, est inacceptable et intolérable.

Je fais le souhait, que vous trouviez l'équilibre et l'harmonie, dans votre vie personnelle, l'accomplissement de vos aspirations familiales, et l’épanouissement dans les activités annexes que vous aurez choisies.

Préservez-vous, il y a toujours du travail pour 24 heures par jour… mais nous ne sommes pas obligés de le faire si vite.

Enfin, je fais le souhait que vous soyez heureux dans cette profession de 30 000 membres à ce jour, et que vous soyez assurés, bien que le terme de grande famille soit galvaudé, qu’il y a encore de la confraternité et de l'amitié parmi nous.

Surprenez-nous, Surprenez-vous !

Vous l’apprendrez, nos confrères ont du talent !

Il n'y a qu'à observer les travaux, notamment de la Commission Culture.

Nos confrères sont écrivains, bien sûr, mais encore peintres, sculpteurs, acteurs, chanteurs, narrateurs ou conférenciers et je vous encourage à participer aux conférences du Palais Littéraire et Artistique.

Mais nos confrères s'impliquent aussi dans les domaines sportifs.

Je vous incite à rejoindre le SPAB, Sports Aux Barreau qui regroupe notamment, le tennis club du palais, le golf club du palais, le football club du palais, Squash au palais et pour les plus téméraires… le rugby club du palais…

L'Implication c'est aussi dans d'autres domaines, l’humanitaire, ou le Pro Bono.

Rejoignez, si vous en avez l'envie, ces confrères qui travaillent de manière désintéressée pour les autres.

Osez aussi la conférence du stage qui chaque année désigne les 12 jeunes avocats les plus talentueux, ainsi que tous les autres concours d'éloquence qui y prépare, ou non.

Il faut savoir se mettre en danger et sortir de sa zone de confort, c'est aussi cela être avocat.

Un seul maître mot : Impliquez-vous avec passion et authenticité.

Pour conclure, et afin de fermer la boucle, permettez-moi, un message personnel pour mon fils Guillaume.

Je veux lui dire, car on ne le dit jamais assez, que je l'aime, que je suis fier de ce qu'il est, et de ce qu'il va devenir, et que je suis incorrigiblement confiant en l’avenir pour lui, et pour vous tous, mes chers confrères.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Catherine Brossais 10/11/2018 10:16

.... réciproquement votre fils peut etre fier de vous et de la sincerité de votre allocution
Vous m’avez émue
Par ailleurs j’adhere sur le fond à votre analyse de la profession
Congratulations !!
Confraternellement vôtre,

  • : Xavier Chiloux, avocat à la Cour. Candidat au Bâtonnat 2022. 01 84 85 13 40
  • : Ancien membre du Conseil National des Barreaux (2015-2017). Ancien membre du conseil de l'ordre de Paris (2012-2014). Vice-Président de la Cnbf depuis 2011. Candidat au Bâtonnat 2022.
  • Contact

Notes et Anecdotes

     
"Lorsqu'un juge adopte une solution, c'est bien souvent que la décision inverse lui paraît impossible à rédiger, pas davantage..." François SUREAU: "Le Chemin des Morts"

 

D'un salarié licencié: "Maitre j'ai bien envie de leur mettre un coup de fusil dans les rotules, croyez vous que cela pourra m'handicaper au Prud'hommes..."
"Non, Monsieur, je ne le crois pas, j'en suis sûr."   
   
Citation d'Emile Pollak : Personnellement, je n'ai jamais perdu de procès, mes clients parfois... peut être...

 

Contactez-moi !

N'hésitez pas à m'adresser un mail pour me soumettre vos idées à chiloux@aol.com ou xavierchiloux@gmail.com

Je suis aussi à votre écoute, vous pouvez m'appeler, votre avis m'interesse !

Facebook et Twitter

@xavierchiloux