Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Xavier Chiloux - Avocat à la Cour - Candidat au Bâtonnat 2022

Ancien membre du Conseil National des Barreaux (2015-2017) - Ancien membre du conseil de l'ordre de Paris (2012-2014) - Vice-Président de la Cnbf depuis 2011 - Candidat au Bâtonnat 2022

Nous ne sommes pas des procureurs

Publié le 13 Juillet 2022 par Xavier Chiloux

Nous sommes des avocats, ce qui implique que, viscéralement nous incarnons la Défense.

Plus que tout, et comme je l’ai déjà écrit, le Batonnier est le défenseur et le protecteur des avocats, de tous les avocats.

Pour autant, certains de nos Confrères s’érigent, sur les réseaux, en procureur sous couvert de procédures disciplinaires non publiques, engagées par l’Ordre des Avocats à l’encontre d’autres Confrères, relatant des manquements dont ils ignorent tout.

S’il est évident qu’il faut sanctionner toutes les infractions à notre serment et au Règlement Intérieur, il ne faut pas que nous sombrions dans le tribunal médiatique, la « cancel culture », et la violation des droits de chacun.

Ne tombons pas non plus, dans le mélange des genres, le conflit d’intérêts et la partialité.

De quel droit peut-on estimer, en étant extérieur au dossier et en ne pouvant en connaître que la peine ne serait pas suffisante, disproportionnée voire complaisante parce qu’elle ne correspond pas à ce que d’aucuns espèrent ?

Où sont les principes essentiels de confraternité, de délicatesse et de dignité ?

Ne nous trompons pas, il ne s’agit pas ici d’atténuer des faits et des comportements dont certains sont graves et doivent être sanctionnés par une formation disciplinaire, en laquelle nous devons avoir toute confiance.

Mais je le répète, nous ne sommes pas des procureurs mais bien des défenseurs.

Tout ceci pose le problème que j’ai déjà soulevé de l’impartialité de notre procédure disciplinaire.

Je ne suis pas opposé, je l’ai déjà écrit, à la réforme qui vient de se mettre en place et qui prévoit une présidence de notre formation disciplinaire par un magistrat et une présence majoritaire de nos confrères dans celle-ci.

Comme je l’ai déjà écrit aussi, je suis persuadé que la fonction d’autorité de poursuite ne doit plus être incarnée par le bâtonnier mais doit appartenir à une autorité extérieure et indépendante.

Enfin, nos formations créées pour lutter contre tous les harcèlements comme notamment la Comhadis qui effectue un travail remarquable, doivent aussi ne pas être exclusivement composées de confrères, mais de personnalités extérieures et compétentes en la matière.

Je suis avocat, je ne hurle pas avec les loups et je ne tire pas sur les ambulances.

J’attends avec sérénité que l’on sanctionne des faits qui ne sont pas acceptables lors d’une procédure contradictoire et respectueuse des droits de la défense… de la partie victime et de celle poursuivie.

Et puis, quand la sanction sera définitive, il sera temps pour l’amende honorable et l’expiation que nous avons une fâcheuse tendance à oublier.

Ce sont les objectifs que je poursuivrai dans le cadre de la campagne au Bâtonnat, aux côtés de Valérie ROSANO, qui s’associe à ce message.

Je vous souhaite d’excellentes vacances estivales et vous retrouverai avec plaisir en septembre.

Commenter cet article